6720_1189373447674_1028479406_566689_2958441_n

 

 

Le cheminement vers cette éducation, ne s’est pas faite en claquant des doigts. Il a fallu qu’on s’impose au près des gens, que l'on prenne du recul aussi. Cela fait bientôt 6 ans que nous évoluons, mon conjoint et moi et que nous adaptons notre vie en fonction de nos attentes et des besoins de nos enfants.

Comme toutes les jeunes mamans, j’ai écouté les conseils des uns et des autres. « Laisses pleurer ta fille, tu vas en faire une capricieuse », « ne dors pas avec elle, tu ne vas jamais pouvoir la passer dans son lit », « ne la porte pas trop, elle va prendre de mauvaises habitudes » etc.….

Au début, j’ai écouté, j’ai fait ce qu’on me disait. Mais au fond de moi, je sentais que je ne faisais pas ce qu’il fallait. J’ai passé 2 ou 3 soirées derrière la porte de notre chambre, à pleurer, car j’entendais ma puce pleurait dans son berceau, elle n’arrivait pas à s’endormir, mais il ne fallait surtout pas que je la prenne… Je n’ai pas tenu plus longtemps, mon cœur de maman ne tenait plus, mon instinct me disait de la prendre et de la rassurer. Chose que j’ai faite.

Ma grande est une petite fille qui angoisse assez vite, il faut tout le temps la rassurer. Elle a passé des mois à s’endormir sur le canapé et on la couchait ensuite dans son lit. Jusqu’à que nous déménagions et qu’elle dorme seule, comme une grande, dans son lit, dans sa chambre, sans pleurs et sans se relever. Elle avait 3 ans. Mais quand je vois aujourd’hui comment se passe le moment du couché, dans la joie, dans le calme et dans l’apaisement, je ne regrette en aucun cas de lui avoir laissé le temps nécessaire pour prendre confiance en elle.

Quand j’entends « une fessée n’a jamais fait de mal à personne » permettez-moi d’en douter. Vous n’aviez pas mal vous quand vos parents vous mettez une fessée ? Et au final, elle vous aura appris quoi cette fessée ? RIEN !!! Ou alors si, avoir peur de vos parents, avoir peur de déraper et de prendre une raclée… C’est donc ça le but ? Que nos enfants aient peur de nous ? Drôle de façon de penser et de les faire débuter dans la vie…

Je sais très bien qu’un jour ou l’autre, mes enfants seront confronté à la violence. A l’école, dans la vie de tous les jours, mais pas chez nous !!!

Je sais aussi qu’ils ne seront pas toujours si obéissants et posées. Comme tous les parents, nous allons passer par des phases difficiles, comme l’adolescence, ou même bien avant… Nous ne savons pas ce que nous réserve l’avenir, nous ne savons pas ce qu’ils deviendront plus tard et si ils nous reprocheront notre façon de les avoir élevé… Mais au moins, on aura écouté notre instinct…

Pour la petite anecdote, ma maman qui n’a jamais était partisante du cododo, elle n’a jamais dormi avec nous, et bien elle l’a pratiqué avec mes enfants !!! Aujourd’hui, elle revendique même notre façon d’élever nos enfants lol.

Dans ma famille, personne n’a allaité, je suis la seule et j’en suis fière :)

Si j’écris ces articles, ce n’est pas pour pousser les gens à changer leur mode de vie. C’est pour partager le nôtre, pour faire découvrir d’autres façons de vivre… Je n’attends pas des gens qu’ils nous comprennent, j’attends juste qu’ils respectent notre mode de vie et l’éducation que nous donnons à nos enfants, tout comme nous respectons les leurs.

Si j’ai un seul conseil à vous donner, c’est de ne pas vivre avec la peur du regard des autres, avec les « qu’en dira-t-on ». VOUS êtes les parents, VOUS décidez de ce qui est bon ou pas pour vous et vos enfants. Si au plus profond de vous, vous sentez que ce que vous faites, va à l’encontre de ce que vous souhaitez, suivez votre instinct. Les gens ne vivent pas avec vous, ne font pas l’éducation de vos enfants. Peut-importe qui vous donne le conseil, grands-parents, parents, sœur, frère… Vivez votre vie comme vous vous l’entendez.

Quand notre fils est né, c’est ce que j’ai fait et je ne le regrette absolument pas. J'ai allaité à la demande, pratiqué le portage régulier, le cododo, une diversification lente et tout ça, sans me soucier un seul instant des autres. Le seul qui a son mot à dire, c'est le Papa.

 

Ma phrase favorite "avant j'avais des principes, aujourd'hui j'ai des enfants". Moi aussi je disais qu'ils ne dormiraient pas avec nous, que je n'allaiterais pas et blablabla... Comme quoi, y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ;)